Entretien avec le contre-amiral Lepeu

Trois questions au contre-amiral Bertrand Lepeu, commandant le Centre d’enseignement supérieur de la marine, qui donnera la conférence sur "La mer au 21ème siècle", en prélude à un cycle complet sur l’aventure maritime.

Peut-on parler d’un déclin du rôle de la mer à l’aube du 21ème siècle ?

La mer a toujours participé à l’organisation du monde et à la vie des terriens. Elle demeure un espace stratégique malgré les grandes évolutions technologiques dont fait partie l’aviation.

Quels sont ses enjeux majeurs ?
Elle est un élément stratégique pour la prévention des risques. En tant qu’espace de liberté juridique, tout le monde y a accès, à l’exception des eaux territoriales. La marine peut ainsi déployer à l’avance des arsenaux et les entretenir aussi longtemps que nécessaire, sans avoir à demander d’autorisation. Par ailleurs, la population mondiale migre vers les mers : 90 % d’entre elle vit à moins de 500 kilomètres des côtes, et 70 % à moins de 300. Grâce aux armes nouvelles, il nous est possible, depuis la mer, de peser sur chacun de ces points. Cela permet d’extraire nos ressortissants d’une zone dangereuse ou d’intervenir en cas de conflit. 
Enfin, 90 % des échanges commerciaux s’effectuent par voie de mer. En assurer la liberté d’accès et la sécurité est l’une de nos premières tâches.

Les défis à venir ?
Dans un contexte de déploiement des forces armées françaises en plusieurs points du globe, nous devons rester une marine expéditionnaire de qualité. C’est-à-dire pouvoir mobiliser des bateaux loin des territoires français sur une longue durée. Pour cela, nous devons développer des accords internationaux de coopération, ainsi que nos capacités de logistique.

Propos recueillis par D. de V. pour le B.B.I. (septembre 2004)