"Gilmora au Pays Perdu"

Gilmara Delaunay

Des B.D. s’amoncelaient en piles dès l’entrée du magasin. J’en pris une… quelle surprise ! Mon cœur s’arrêta de battre à cause de l’émotion. Je ne savais pas si je devais rire, pleurer ou simplement rester muette tellement j’étais stupéfaite.

Je retournai chez moi (je ne sais comment car je ne faisais rien d’autre que de regarder la B.D.), puis, arrivée dans ma chambre, ouvris le tiroir gauche de ma vieille commode d’où je sortis une pochette en tissu vert.

— C’est bien ce que je pensais…, me dis-je à haute voix. C’est tout à fait incroyable… Je dirais même plus : étrange.

Sur ma vieille pochette verte, un signe bizarre était brodé avec du fil argenté. Ce signe, ce fut mon arrière-grand-mère maternelle qui l’avait cousu. C’est en tout cas ce que m’a dit mon père… Il m’a aussi dit que c’est un symbole de la famille Griumbo, la famille de ma mère. Cette pochette, qui a plus de cent ans, est un trésor familial; en effet, elle est transmise de générations en générations pour que notre famille perdure à jamais… C’est ce que me racontait mon père ! Mais maintenant qu’il est professeur à l’université, il n’a plus le temps de me raconter des histoires… Puis il dit que je suis grande, maintenant. Dommage, car j’aimais beaucoup quand il parlait de ma mère comme si elle venait d’un pays enchanté. « Mais elle était une fée », me dit-il un jour…
Revenant à la B.D., le dessin qui régnait au milieu de ma pochette était inscrit là, à l’encre noire sur papier blanc, dans une des cases de la bande dessinée ! L’histoire s’appelait « Gilmora au pays perdu ». Savez-vous ce que ça veut dire ? Que la personne qui a fait cette B.D., appartient probablement à la famille Griumbo, donc elle doit connaître ma mère, et qui sait, c’est peut-être ma mère ! Pour ne pas faire de déductions trop précipitées, je décidai de m’asseoir sur le fauteuil du salon à attendre mon père, la B.D. dans une main, et ma pochette verte héritée dans l’autre. 
Je ne m’aperçus même pas des heures qui avaient défilé depuis que j’étais allongée sur le fauteuil ; mon père arriva à dix heures du soir, comme d’habitude, las mais heureux. Ou du moins le paraissait-il avec le large sourire qu’il me tendait avant de m’embrasser sur la joue.
— Comment a été l’école ? Me demanda-t-il. As-tu beaucoup de devoirs ?
Mes devoirs… Comme si c’était cela qui me préoccupait en ce moment ! Sans lui répondre, je lui tendis la pochette et la B.D. dans une seule main. Il les prit, resta un peu pensif en regardant ma pochette, feuilleta le magazine, et me les rendit en me disant :
— Tu t’es abonné à un nouveau magazine ?
Je faillis éclater de rire, mais décida de tout lui raconter, du début jusqu’à la fin, de lui faire part de mon projet de retrouver ma mère. Il m’écouta sans interruptions.
— C’est peu être tout simplement une coïncidence, dit-il et se leva.

Définitivement, je ne m’attendais pas à cette réaction de sa part. Je crois que ses espérances de retrouver ma mère avaient disparus depuis si longtemps, qu’il ne voulait pas me voir souffrir à mon tour. « Je serais forte, me dis-je. Et je la retrouverai. »

Le week-end suivant, je me convertis en une vraie Sherlock Holmes ; le téléphone fut mon compagnon la journée entière, et mon meilleur ami se proposa même de m’aider. Il demanda à son père, écrivain de nouvelles, d’utiliser ses meilleurs contacts pour obtenir des informations sur l’auteur de la B.D. Je passai ainsi tout au plus deux semaines, jusqu’au jour où je retournai au magasin de journaux et m’aperçus qu’un nouveau numéro de « Gilmora » avait paru. À la fin de l’histoire, ce que je cherchais apparut comme pas magie : le site web de l’auteur était écrit en gras en bas de la dernière page. En quelques minutes j’étais devant l’ordinateur d’un cybercafé, écrivant à toute vitesse et les mains tremblantes, l’adresse du site qui serait ma seule chance pour arriver au bout de tout cela.

Je n’avais rien dit à mon père. Je pensais lui faire la surprise lorsque je la retrouverai. Ainsi, le jour suivant, grâce aux merveilles de la technologie, je pris le bus et arriva à la maison qui correspondait à l’adresse que j’avais trouvé par minitel. Vous ne vous imaginez pas comment je me sentais ; mon cœur battait si fort que je crus que le sol tremblait en dessous de moi. La bouche sèche comme le désert du Sahara, je sonna. Une fois. Deux fois. Tr…

— Vous désirez ?
Sans que je puisse me rendre compte, une femme assez jeune, haute, cheveux noirs et longs, m’ouvrit la porte.
— Vous… Vous êtes… Regina Solvano? 
— Oui, c’est bien moi.
— Je… Je…
Ce dut être parce qu’elle a crut que je risquais m’évanouir qu’elle me fit entrer. Je pris place dans un joli fauteuil très confortable, et elle juste devant moi ; une petite table carrée en pin nous séparait.
Je dus reprendre mon souffle pour tout lui expliquer, et, je pense que c’était par l’émotion, je lui parlai même de ma mère. Elle me sourit gentiment et me dit :
— Je t’aiderai de tout cœur si cela m’était possible ; malheureusement je ne fais pas partie de cette famille, et je ne crois pas connaître celle que tu cherches. 
— Cela ne fait rien…, répondis-je le cœur lourd. Je voulais simplement en avoir le cœur net.
Me levant, je me dirigeais vers la porte mais elle m’arrêta, apparemment émue :
— Mais tu mérite tout de même un peu plus après tout l’effort que tu as fais. Viens t’asseoir, je vais te dire ce que je sais.

Et ce qu’elle me dit, c’est bien trop long pour que je vous l’écrive. La seule chose que vous saurez, c’est que je continue cette recherche, et je sens que chaque jour je me rapproche de plus en plus de ma mère. Où que j’aille, elle est déjà passée. On dirait qu’elle veut que je la suive. On dirait qu’elle laisse à chaque endroit un tas de sa poudre magique pour ne pas que je me perde, comme la fée qu’elle est.

Lorsque je la retrouverai, je vous raconterai la fin de l’histoire. Mais en attendant, contentez-vous de lire des B.D. ; peut-être trouverez-vous quelque chose à chercher…